“Ce n’est pas grave !” : Édouard Philippe méconnaissable, il se confie sur son alopécie (Zaptv)

Jeudi 2 février, Édouard Philippe a accordé un grand entretien à Bruce Toussaint sur BFMTV. Au cours de cette interview, l’ancien Premier ministre s’est confié sur son alopécie qui lui blanchit et lui fait perdre sa pilosité.

Il a ensuite balayé toutes les rumeurs sur une maladie plus grave qu’il tenterait de dissimuler aux électeurs. Vous trouverez toujours des gens un peu misérables pour dire que derrière ça, il doit y avoir quelque chose d’un peu plus sérieux : c’est la vie. Il y a des gens qui vivent des trucs beaucoup plus difficiles en France. Voilà, j’ai les sourcils qui sont tombés”, a-t-il expliqué.

“J’ai perdu mes sourcils et ils ne reviendront pas”

Au cours de son entretien diffusé jeudi 2 février sur BFMTV, Édouard Philippe est notamment revenu sur les conséquences de son alopécie. “La politique, c’est un métier d’image et notamment lorsqu’on aspire, peut-être, à de très hautes fonctions à nouveau… Alors qu’est-ce qui vous arrive ? Qu’est-ce qui se passe ?”, a demandé le présentateur. “Je suis atteint de ce qu’on appelle l’alopécie, a alors expliqué l’homme politique. J’ai perdu mes sourcils et je crois qu’ils ne reviendront plus. Ma barbe est devenue blanche et elle tombe un peu. Mes cheveux tombent aussi. La moustache est partie.

“Franchement je vous en parle parce que vous me posez la question, je savais que vous alliez la poser, ça me paraît correct. J’aurai aimé, quand j’ai constaté que c’est arrivé, ou même espéré, que ce ne soit pas un sujet, a ajouté Édouard Philippe, précisant que cette maladie n’est “ni douloureuse, ni dangereuse, ni contagieuse, ni grave”. Voilà qui est dit.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Previous post Cet octogénaire doit payer 10€ à chaque fois qu’il veut conduire sa voiture en ville, il est furieux contre la municipalité
Next post La Chambre des représentants des États-Unis retire la démocrate Ilhan Omar de la commission des affaires étrangères en raison de propos antisémites.